Ahmed, 17 ans, Cotonou, étudiant à Nice

 

·         Parlez-nous de votre formation

Je suis étudiant à l’ESPEME Nice, une école de commerce du groupe EDHEC. Je vais entrer en Septembre 2013 en 2ème année du programme, qui en compte 4. Au terme de ma formation, j’obtiendrai le diplôme de Bachelor. En école de commerce, il faut être très polyvalent, car l’enseignement est varié (vente, marketing, économie, Droit, comptabilité, etc..) et pratiquer au moins 2 langues étrangères. J’étudie l’anglais, l’espagnol et j’ai choisi chinois en option. Les 2 premières années du cursus sont en tronc commun, puis à l’issue du 1er cycle, on se spécialise en Finances, en Marketing ou en Ressources Humaines. Pour intégrer cette formation, j’ai passé le concours PASS (permet de présenter l'entrée en 1ère année dans 5 grandes écoles post-bac). Les frais de scolarité sont très élevés.

·         Comment trouvez-vous la ville dans laquelle vous étudiez ?  (transports, ambiance, cadre de vie)

Nice est une très bonne ville, c’est propre et il n’y a pas d’insécurité. La ville est belle, et il y a la plage. Nice n’est pas trop grand, donc on peut se déplacer à vélo, en bus ou en tram. On peut s’abonner à l’année aux Vélos bleus (location de vélos disponibles dans plus de 100 stations). Le climat est très bien, il fait bon. En hiver, le mistral souffle mais on s’adapte. Au niveau de l’ambiance, on y rencontre les étudiants de Sofia Antipolis, de Cannes, et de Monaco. Le soir, les bus arrêtent de circuler à 21h00, ce qui est un peu tôt, mais il y a des bus nocturnes.

·         Vos impressions sur votre année d’étude en France ? Qu’est ce qui a été difficile ? Qu’est-ce qui vous a plu ?

Dans mon école, l‘ambiance est agréable et mon intégration a été facile. En 1ère année, nous étions une promotion de 275 élèves, répartis en plusieurs groupes. Les professeurs sont disponibles, on peut même les contacter par mail.

Au niveau des cours, j’ai connu un décalage, car les cours sont en ligne, j’ai donc dû m’adapter et prendre le reflexe internet. Heureusement, il y a une salle informatique à l’école ! Il faut également savoir s’organiser et faire preuve de rigueur et de méthode : par exemple, pour la prise de notes, j’utilise des abréviations. Si je n’ai pas compris un point du cours, je me rends à la bibliothèque qui est très fourni.  J’ai été surpris car les classes changent toujours, et l’activité associative est intense.

En 1ère année, nous devons participer à un Atelier Projet : l’objectif est de créer un événement,  chercher des sponsors, et offrir les bénéfices à une œuvre caritative. Notre projet a consisté à organiser un colloque sur le thème de la négociation. Nous avons reversé près de 4000€ à une association d’enfants dyslexiques.

Ce qui a été difficile, ce sont les vacances scolaires, car tout le monde part.

·         Qu’auriez-vous aimé savoir avant votre arrivée en France ? Vos conseils pour réussir ?

J’aurai aimé savoir qu’internet allait devenir un outil indispensable dans ma scolarité. L’école envoie de nombreuses communications par mail, et il faut faire beaucoup de recherches sur le net.  En étant un peu débrouillard, et avec Google, on s’en sort ! L’entraide étudiante fonctionne bien aussi.

Pour réussir, il faut être organisé et débrouillard. Il faut être conscient qu’Internet est indispensable, que ce soit pour les cours comme pour la vie quotidienne en général.