Bachirou, 27 ans, Cotonou, étudiant à Bordeaux

 

·         Parlez-nous de votre formation

 

Je suis étudiant en Master 1 à lUniversité de Bordeaux, en Ingénierie Mathématique, Statistique et Economique ; et je m’oriente vers la spécialité Modélisation Statistique et Stochastique. C’est une formation de pointe qui combine des outils Mathématique, Statistique et Informatique dans le but de former aux métiers de l’ingénierie de l’aléatoire. Cette formation permet d’acquérir des compétences en Data management, analyse statistique, analyse des risques, optimisation, modélisation, simulation et prévision.

 

·         Comment trouvez-vous la ville dans laquelle vous étudiez ?  (transports, ambiance, cadre de vie)

 

Bordeaux est une ville inscrite au patrimoine de l’UNESCO sans doute pour son histoire, son architecture et sa culture.  L’ambiance est modérée et la ville n’a rien à envier à Paris, la capitale de la France. Elle possède un grand aéroport.

 

Bordeaux est une ville scientifique et idéale pour les études car elle compte quatre Universités publiques (dont trois ont fusionné le 15 Janvier 2014 pour donner naissance à l’Université de Bordeaux). Des tarifs-étudiants sont appliqués aux résidences universitaires, aux transports en commun (Tram, bus, vélo de la CUB – Communauté Urbaine de Bordeaux) pour les Villes cosmopolites, dynamiques et vivantes avec, Bordeaux l’est car, elle possède une équipe de football qui joue en Ligue 1 ; une belle équipe de Rugby (Union Bordeaux Bergles) ; des endroits uniques comme, la Place de la victoire ; Sur les quais, la Place de la bourse, le Miroir d’eau ;  bref Bordeaux c’est le bordeaux!!!.

 

·         Vos impressions sur votre année d’étude en France ? Qu’est ce qui a été difficile ? Qu’est-ce qui vous a plu ?

 

Je garde une très bonne impression de ma première année d’étude. J’ai pu obtenir une résidence universitaire et trouver un job pour étudiant. Le cadre d’étude est adapté, les enseignants sont à l’écoute des étudiants, des bibliothèques sont accessibles, l’accès internet sur le campus et dans ma résidence, tout cela a facilité mon intégration, et l’éclosion sans pareil de mes compétences. En effet, j’ai fini major de ma promotion pour le semestre 1 et je confirmerai sans doute cette place à la fin de l’année universitaire.

 

Cependant, tout n’a pas été rose. Ma difficulté majeure réside dans la communication : j’avais du mal à suivre la vitesse d’élocution des français et réciproquement ; bien qu’on s’exprime dans la même langue, trop marrant !!!  En tout cas, j’en viens à dire que « la beauté réside dans les différences ».

 

·         Une anecdote sur votre séjour ? Vos conseils pour réussir ?

 

Le jour de mon arrivée, à l’aéroport de Mérignac, il y avait une fraicheur sans pareil au point où cette pensée traversa ma tête : «  Les blancs ! Ils sont trop forts, ils ont climatisé toute une ville !!! »… et ce fut mon premier contact avec Bordeaux.

 

Ne jamais perdre de vue son objectif (réussir son projet d’étude). Et pour cela, il faut accorder une importance capitale au choix de la formation. Bien choisir sa formation sur la base objective de ses compétences, de son parcours antérieur, et ses potentialités, c’est se donner 75% de chance de réussir son projet d’étude et par là de réussir son intégration en France. Car les difficultés sont permanentes, diverses et imprévisibles. Elles sont toutes surmontables sauf une seule : quand on se sent incapable de suivre la formation.

 

Et notre capacité à poursuivre notre objectif (c’est-à-dire à suivre la formation)  est l’ultime source de motivation pour surmonter les autres difficultés.

 

·         Qu’auriez-vous aimé savoir avant votre arrivée en France ?

 

«En France, on ne marche pas, on court» : une façon de dire que tout va très vite et trop vite en France, on court après le temps. Il faut être très organisé et structuré pour suivre le rythme de vie.