Christine, 20 ans, Cotonou, étudiante à Clermont-Ferrand

 

·         Parlez-nous de votre formation

J’ai postulé à plusieurs licences professionnelles et j’ai été retenue dans deux universités. J’ai fait le choix de la licence professionnelle « agent de développement durable : animation et coordination de démarches types Agenda21, car c’est une formation qui répondait à mes attentes.

Cette licence a pour objectif de former des professionnels du développement  durable c’est-à-dire un développement qui associe à la fois les aspects sociaux, économiques et environnementaux sur le long terme. Nous étions également formés à la réalisation de L’Agenda21 qui est un plan d’actions pour le 21è siècle (d’où le nom Agenda21) réalisé par les collectivités territoriales, les entreprises pour l’atteinte des objectifs du développement durable dans leurs différentes structures. Pour plus d’informations consulter la page http://www.univ-bpclermont.fr/formation/formation/UBP-PROG19600.html

·         Comment trouvez-vous la ville dans laquelle vous étudiez ?  (transports, ambiance, cadre de vie)

Clermont-Ferrand est une ville très agréable. En comparaison à d’autres villes que j’ai pu visiter, je trouve que c’est une ville où on retrouve facilement ses repères. Le coût de l’immobilier, du transport, de la vie en général y est assez abordable. Tout ce qui manque à cette ville selon moi c’est la mer. En dépit de ce constat, je reconnais que le cadre de vie est assez agréable avec les montagnes qui s’étendent à perte de vue.

·         Vos impressions sur votre année d’étude en France ? Qu’est ce qui a été difficile ? Qu’est-ce qui vous a plu ?

J’ai énormément appris de cette expérience en France aussi bien sur le plan académique que sur le plan humain. J’ai fait de belles rencontres. J’ai eu très froid mais ce qui a été le plus difficile pour moi c’est la solitude. Je m’y étais préparée psychologiquement mais honnêtement les premiers mois ont été très durs malgré le soutien de mes proches.

Ce qui me rend heureuse par contre, c’est le fait de pouvoir ajouter d’ici quelques mois un diplôme européen à mon CV. C’est pour moi la récompense pour toute une année de travail loin des miens mais surtout un atout supplémentaire à valoir plus tard sur le marché du travail.

·         Qu’auriez-vous aimé savoir avant votre arrivée en France ? Vos conseils pour réussir ?

Les retours d’expériences que nous avons eues lors de la procédure m’ont énormément aidée car ils m’ont permis de me faire une idée de ce qui m’attendait. Pour ma part je n’ai donc pas eu de grosses surprises.

Tout ce qu’il faut pour réussir à mon humble avis, c’est la détermination, le courage et la persévérance.