Jean-Pegy, 28 ans, Cotonou, étudiant à Bordeaux

 

·         Parlez-nous de votre formation :

Après l'obtention de mon doctorat en Médecine dans mon pays le Bénin, j'ai opté pour une spécialisation dans le champ de la santé publique et,  l'ISPED (Institut de Santé Publique d'Epidémiologie et de Développement) qui est la première expérience de formation en santé publique détachée de toute faculté de médecine a été mon choix pour réaliser mon projet d'études. Je viens donc d'obtenir mon Master 1 en santé publique et compte poursuivre en Master 2 option santé internationale. En effet, il s'agit d'une formation professionnalisante, hautement qualifiée, axée sur les pays en développement, qui me permettra de revenir contribuer à la détection et à la résolution des nombreux problèmes de santé publique qui minent mon pays et la sous région.

 

·         Comment trouvez-vous la ville dans laquelle vous étudiez ?  (transports, cadre de vie, ambiance)

J'avoue que c'est une énorme chance pour moi que cet institut soit implanté dans une des plus belles, chaleureuses et attrayantes villes de France : Bordeaux. Mon premier coup de foudre pour cette ville, c'est le climat, qui constitue la hantise de tout expatrié venant d'Afrique subsaharienne. Les températures y sont moins basses. Un très bon réseau de transport en commun (tramway, bus) facilitant les déplacements avec des tarifs préférentiels étudiants; facilité d'obtention de logement (surtout avec le CROUS) ; un grand marché africain (Capucins) ; l'organisation de soirée étudiante tous les jeudis soirs... On n'a pas le temps d'être nostalgique. 

·         Vos impressions sur votre 1ère année d’étude en France ? Qu’est ce qui a été difficile ? Qu’est-ce qui vous a plu ? 

Cette première expérience d'étude en France m'a permis de constater l'excellente organisation des enseignements en France (emploi du temps, planning des examens, congés,...), de vivre la belle expérience d'un accompagnement durant mes études à travers conseils et orientations permanent des enseignants, qui sont très souvent disponibles et très facile de contact. Cependant le changement de climat et surtout la différence des méthodes d'apprentissage ont tout de même beaucoup influé sur mon premier semestre. 

·         Une anecdote sur votre séjour ? Vos conseils pour réussir ?

L'anecdote sur mon séjour : le jour même de mon entrée en France, j'ai été tellement stressé à l'aéroport par un incident à la police des frontières avec la reconnaissance de mes empreintes digitales sur le visa, que j'ai oublié qu'un de mes futurs enseignants, membre du comité d'accueil mis en place par mon école m'y attendait. Je suis parti de l'aéroport tout déboussolé sans chercher à le voir, c'est son appel, après des heures d'attente qui m'a sorti de la léthargie dans laquelle j'ai sombrée (ce fut un cauchemar). Des conseils pour réussir : c'est d'être assidu aux cours et aux enseignements dirigés ou travaux pratiques, d'étudier ses cours de façon régulière et surtout autant que possible, ne pas exercer un emploi salarié parallèlement aux études. 

·         Qu’auriez-vous aimé savoir avant votre arrivée en France ?

Qu'il y a beaucoup de démarches administratives une fois arrivée et qu'il faut venir un peu plus tôt pour ne pas avoir à manquer les cours.