Vers quel type de logement se tourner ?

Avant de commencer votre recherche, il est nécessaire de déterminer, en fonction de vos moyens financiers, de la durée de votre séjour et du type d’études choisi, vers quel type d'hébergement vous souhaitez vous orienter. 

-Les résidences universitaires

Les résidences universitaires (qu'on appelle en France Cités-U) sont gérées par des organismes publics, les CROUS (Centres Régionaux des Œuvres universitaires et Scolaires) qui gèrent des résidences universitaires.  Elles peuvent être situées sur les campus ou en ville, les logements sont attribués selon des critères sociaux très stricts.

Les résidences des CROUS sont de loin la formule d’hébergement la plus économique : les loyers mensuels varient entre 120 euros pour une chambre simple à 350 euros pour un studio. Ces logements sont en nombre relativement limité et attribués en priorité aux étudiants boursiers du gouvernement français.

De nombreuses universités ont par ailleurs des accords avec les CROUS permettant de réserver des chambres pour les étudiants étrangers participant à des programmes d’échange ou de coopération. Certains établissements réservent également des chambres pour des étudiants internationaux inscrits en deuxième année de Master ou en Doctorat. Si vous êtes dans l’un de ces cas, renseignez-vous auprès de votre établissement ou de l’organisme gestionnaire de votre bourse.

Dans tous les autres cas, vos chances d’obtenir un logement en résidence CROUS sont limitées. Vous pouvez cependant déposer une demande auprès du CROUS après votre arrivée, des désistements se produisant parfois en cours d’année.

Dans les résidences universitaires :
Loyer : 120 à 350 euros par mois selon le type de logement.
Caution : un mois de loyer.
Garantie solidaire : garant obligatoire résidant dans l’Union européenne.
Hébergement temporaire ou de courte durée : impossible, le contrat est un contrat de location obligatoire de 9 mois pour une chambre et de 12 mois pour un studio, sauf pendant l’été.
Réservation à distance : non.
Aide au logement étudiant (ALE) : possible.

-Les résidences étudiantes privées

Ce type d’hébergement  s’est beaucoup développé ces dernières années pour compenser le manque de logements pour les étudiants. Il  existe  dans la plupart des villes universitaires  et offre  un niveau de confort élevé (accueil, interphone, salle commune, cafétéria, laverie automatique, ménage, garage…). Ces résidences sont souvent situées à proximité des campus.

Pour les résidences étudiantes privées :
Loyer : de 600 à 700 euros par mois à Paris et de 400 à 700 euros par mois dans les autres villes universitaires.
Caution : un mois de loyer.
Garantie solidaire : garant obligatoire résidant sur le territoire français. Si vous n’avez pas de garant, vous pouvez payer une année d’avance.
Hébergement temporaire ou de courte durée : possible, selon disponibilités (mais en général difficile entre septembre et mars).
Réservation à distance : si vous réservez de l’étranger, deux mois de loyer sont habituellement demandés.
Aide au logement étudiant (ALE) : possible.

 

 

-La location dans le secteur privé

C’est la formule qui offre le plus d’indépendance et de flexibilité. Elle offre le choix du lieu et du type de logement et permet, par exemple, de bénéficier de l’animation et des loisirs du centre ville. Il conviendra à des étudiants suffisamment autonomes et déjà socialement bien intégrés.

La location d’un logement se fait soit directement auprès d’un particulier, soit par l’intermédiaire de professionnels, les agences immobilières.

Si vous louez par l’intermédiaire d’une agence immobilière, vous devrez verser des honoraires d’un montant égal à un peu moins d’un mois de loyer. Les logements peuvent être loués vides ou meublés. Il sera en général difficile, voire impossible, à moins d’avoir un contact sur place, de trouver une location de ce type avant votre arrivée en France.

Une fois arrivé, vous pourrez cependant bénéficier d’une aide dans votre recherche auprès du service d’hébergement de votre établissement ou des services d’accueil des étudiants internationaux existant dans de nombreuses villes universitaires.

Vous devrez en général signer un contrat de location d’une durée d’un an. Il est cependant possible de quitter le logement avant l’échéance du contrat, à condition de donner un préavis de trois mois pour une location vide ou d’un mois pour une location meublée.

L’obligation de trouver une garantie solidaire est souvent problématique. Dans certaines villes ou régions, des institutions ou des autorités locales ont mis en place des dispositifs qui se substituent à cette garantie.

Vous pourrez trouver des annonces de particuliers auprès du service d’hébergement de votre établissement, du service d’accueil des étudiants internationaux de la ville ou du CROUS.

-La colocation

Cette formule offre une alternative qui se développe de plus en plus. La colocation consiste à partager un appartement ou une maison avec d’autres étudiants. Elle est souvent plus économique qu’une location individuelle et peut faciliter la rencontre d’étudiants français ou d’autres étudiants étrangers.

Chaque colocataire peut recevoir une allocation logement, à condition que leur nom figure sur le bail.

Pour la location dans le secteur privé
Loyer : les loyers sont très variables en fonction de la qualité du logement, de sa situation et des prestations offertes. A Paris, les loyers mensuels sont au moins de l’ordre de 20 euros par mètre carré en moyenne ; ils sont en général moins élevés dans les autres villes.
Caution : un mois de loyer.
Garantie solidaire : garant obligatoire résidant sur le territoire français.  Ce type de location exige la présentation d’une caution qui garantit le paiement du loyer. Les revenus mensuels doivent atteindre en général 3 fois le prix du loyer. Dans certains cas (étudiants boursiers du gouvernement français, salariés), l’Etat peut avancer le dépôt de garantie (caution) et se porter caution solidaire en garantie des loyers et charges du logement.
Réservation à distance : à condition de s’entendre avec le propriétaire et de verser une certaine somme pour garantir la réservation. C’est en général très difficile et peu recommandé : il y a un risque de perdre le dépôt de garantie en cas de dédit.
Aide au logement étudiant (ALE) : possible si le logement correspond aux normes exigées par la réglementation (au moins 9 m2 de surface).

-Le logement en famille

 Adaptée à des séjours courts, cette formule permet de louer une chambre meublée chez l’habitant. Elle est fréquemment utilisée par les étudiants suivant un cours de langue française pour une courte durée. Elle permet de partager la vie d’une famille et de s’initier plus rapidement à la langue et à la culture française, constituant ainsi une bonne introduction à un séjour d’études en France. 

Souvent, les centres de formation en français langue étrangère peuvent, à la demande des étudiants qui s’inscrivent à leurs cours, réserver à l’avance ce type d’hébergement dans une famille sélectionnée.

Le coût par semaine, à Paris, varie en général de 200 euros (petit déjeuner compris) à 300 euros (incluant petit-déjeuner et le repas du soir). Il est moins élevé dans les villes de province.