Renée-Marie, 18 ans, Cotonou, étudiante à Paris

 

·         Parlez-nous de votre formation

Je suis partie en France il y a un an pour y faire une L1 Eco-Gestion à l’Université Paris-Ouest Nanterre. Tout s’est très bien passé. J’ai apprécié et aimé les cours. Je démarre cette année la L2. J’ai trouvé que le monde de l'Université était différent de celui du lycée.

·          Comment trouvez-vous la ville dans laquelle vous étudiez ?  (transports, ambiance, cadre de vie)

Paris n’est pas une ville propice aux études. Elle pose problème : il faut en effet être fort ou forte de caractère pour y étudier ; autrement, on se laisse vite détourner de ses objectifs. 

Les transports parisiens, je les connaissais déjà, pour avoir été en vacances à plusieurs reprises. Mais c’est courir après ceux-ci  qui me gêne un peu.

L’ambiance de travail, a été bonne, tout au long de l’année.

Le cadre de vie en France, est différent du cadre de vie africain. Il n’est pas aussi familial, mais cela forme à être responsable.

·         Vos impressions sur votre année d’étude en France ? Qu’est ce qui a été difficile 

Mon année a été bonne dans son ensemble.

·         Qu’est ce qui a été difficile ?

Ce qui a été difficile, c’est le fait de se débrouiller seule, sans famille. 

·         Qu’est-ce qui vous a plu ?

Ce qui m’a plu, c’est l’ambiance multiculturelle de ma classe.

  • Une anecdote sur votre séjour ?

 Pendant mon séjour, il y a eu un jour une grève des transports. Sans le vouloir, j’ai dû attendre une heure avant de partir. Il va sans dire que j’étais en retard. Heureusement des copines de classe (du Bénin, que j’ai retrouvé dans mon établissement) qui logeaient à proximité, m’ont prêté leurs notes, pour que je me mette à niveau.

·         Vos conseils pour réussir ?

Mon conseil pour réussir : Beaucoup de travail et de concentration. Pour ceux qui sont croyants comme moi, la Foi en Dieu et la prière aident également. 

·         Qu’auriez-vous aimé savoir avant votre arrivée en France ?

Pour moi qui avait fait des séjours précédents (vacances), ce n’était pas nécessaire qu’on m’informe de quoi que ce soit. Je m’attendais avant de quitter le Bénin, à tout ce que j’ai vu ou vécu en France.